La ligne THT Cotentin-Maine sera opérationnelle fin 2012

La ligne THT Cotentin-Maine sera opérationnelle fin 2012

De 500 à 800 personnes sur le chantier, piloté  d’Avranches

tht-06-2.jpg

 

Le chantier d'implantation des 163 kilomètres de la ligne 400 000 volts va être piloté de Saint-Martin-des-Champs, près d'Avranches. Vingt entreprises et entre 500 à 800 personnes sont impliquées. Rencontre avec le chef de ce pôle opérationnel, Jean-Michel Ehlinger.

Pourquoi avoir choisi Avranches, pour installer  la base  travaux du chantier ?
    Tout  simplement parce qu’Avranches se situe au milieu de la ligne et que la proximité de l'autoroute A84 nous permet de relier rapidement les différents tronçons du chantier.
    C'est un chantier majeur pour  RTE (Réseau transport électricité),  comme nous n'en faisons pas régulièrement. Le siège de RTE est  à Nanterre, c'est loin de la Normandie. Nous  avons voulu être au plus près. Cette présence locale nous permet d'assurer la continuité de nos engagements, le suivi de la concertation avec les riverains et la profession agricole, et de piloter les  entreprises qui vont intervenir sur le  chantier.

Combien seront-elles ?
    Une  vingtaine d'entreprises interviendront en direct. La plupart  sont issues de grands groupes mais  sous-traitent avec des sociétés  locales. Treize interviendront sur les  lignes aériennes et sept à la réalisation des fondations. Ça représente environ 500 personnes avec une pointe jusqu'à 800.
    Ça fait du monde. On s'est fixé pour objectif de mener un chantier à zéro  accident. Depuis /e 11 octobre, notre  chargée de communication, Nadège Heumont travaille en interne avec les entreprises pour voir comment partager cette vigilance commune. Une charte a été établie. Il y aura des formations. La sécurité se traduit par des gestes maîtrisés et les comportements, notamment sur les petites routes de campagne. Des plans de circulation seront mis en place pour les chauffeurs...

Quel sera le rayon d'intervention des entreprises  locales ?
    Pour éviter de trop grands déplacements aux locaux, le chantier a été divisé en sept tronçons.

Où en est le chantier aujourd'hui ?
    Tous les permis de construire ont été obtenus. Le 24 novembre, les fondations des premiers  pylônes ont débuté dans le Nord Cotentin. Des pistes sont  aménagées pour permettre l'accès des véhicules de chantier : des revêtements textiles sont posés et recouverts de cailloux. Ces travaux s'étaleront sur un  mois, un mois et demi. Ils démarrent un peu en  différents endroits du tracé.
    Dans le Sud-Manche, les travaux  de fondation des pylônes débuteront en janvier. Le début de l'assemblage est prévu à la fin de mois. En février, on procédera au levage de ces pylônes.

tht-07-2.jpg Jean-Michel Ehlinger a en charge la  coordination du  chantier, réparti en sept tronçons.

Comment ça va se passer ?
    Il y a 420 pylônes sur l’ensemble  de la ligne, un tous les 500 mètres,  qui font entre 40 et 60 mètres de haut et ont une envergure de 30 à 40 mètres. La ligne sera identique à celle qui existe actuellement sur Brécey.
    Un tiers d'entre eux seront levés par des hélicoptères, les autres le seront à l'aide.de grues. Quatre hélicoptères, dont des Super Puma appartenant à RTE,  capables de soulever jusqu'à quatre tonnes,  et des plus légers, tous seront basés à Flers, sur la base aérienne.
    Un câble d'environ deux centimètres de section sera déroulé sur cinq kilomètres. A mi-chemin, des câblettes y seront raccrochées  dans lesquelles seront glissés trois câbles. Au sol des camions porteront des tourets de  câbles, qui seront préparés dans un atelier de Sartilly.

Qu'est-ce qui détermine le choix de l'hélicoptère ou de la grue ?
    L'hélicoptère permet de limiter la gêne  en espace et en temps. Le pylône est monté en quatre  jours contre trois semaines  d'assemblage et une semaine d'intervention  avec la grue. Il y a le poids aussi.  L'hélicoptère peut supporter jusqu’à quatre tonnes.

Qu'en est-il des propriétaires qui refusaient les implantations sur leurs terrains ?
    85% des pylônes sont aujourd'hui autorisés. Ce qui ne signifie pas pour autant que les  15% restants sont des opposants. Dans les communes où les conseils municipaux s'étaient opposés au passage de la ligne, les propriétaires  ont signé. Mais  nous avons une autre  problématique dans le Nord-Mayenne, c'est le remembrement du fait du projet de ligne ferroviaire à grande  vitesse. Les propriétaires d'aujourd'hui ne le seront plus demain.

Que se passera-t-il pour ceux qui ne voudraient pas signer ?
    Des procédures de servitude seront entamées. Une enquête parcellaire sera conduite par la préfecture à l'issue  de laquelle le commissaire-enquêteur rendra  un rapport au préfet Celui-ci le signera. C'est une procédure légale et non judiciaire. Ces propriétaires seront indemnisés comme les autres, ni plus ni moins. La ligne a été déclarée d’utilité publique.

Propos recueillis par Pascale Brassinne

tht-08-2.jpg Des panneaux jaune fluorescent annoncent, sur les bords des routes, les permis de construire déposés par RTE pour la construction des pylônes qui jalonneront les 163 km de ligne.
  •       La ligne de 163 km part de Oudon dans le Nord Cotentin pour  rejoindre Taute en Mayenne.
  • Elle sera jalonnée de 420 pylônes, un tous les 500 m.
  • Depuis 2006, 16 réunions de débat public, 14 réunions de concertation avec les préfets et sous-préfets, 4 000 rendez-vous et des réunions dans les communes ont été organisées.

Le planning :

  • aménagement des accès de septembre  2011 à janvier 2012
  • fondation des pylônes : de  novembre 2011 à juin 2012
  • assemblage  et levage des pylônes : de novembre 2011 à août 2012
  • déroulage des câbles : d'avril à décembre 2012
  • mise en service : décembre 2012
  • dépose et remise en état des sols et chemins : 1 er trimestre 2013.

Les communes concernées dans le Sud-Manche :
    Saint-Maur-des-Bois,  Boisyvon, Coulouvray-Boisbepâtre, Saint-Martin-le-Bouillant, Saint-Laurent-de-Cuves,  Cuves, Le Mesnil-Gilbert, Les Cresnays, Le Mesnil-Adelée,  La Bazoge, Reffuveille, Juvigny-le-Tertre,  Le Mesnil-Rainfray, Chèvreville, Milly, Parigny, Lapenty, Fontenay, Villechien, Ferrières, Saint-Symphorien-des-Monts,  Buais, Heussé, Fougerolles-du-Plessis, La Dorée, Saint-Berthevin-la-Tannière, Montaudin.

La gazette de la Manche, le 4/01/2012
gazette-1.jpg

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×